fbpx

Comment se faire obéir sans crier ?

Je suis sûre que vous connaissez cette situation par cœur : vous répétez 10, 20 fois les mêmes choses : « Range ta chambre ! », « va te mettre en pyjama », « range tes chaussures », « arrête d’embêter ta soeur ! »… et rien ne se passe. Alors, vous finissez par perdre patience, vous vous mettez à crier, vous menacez de punitions et de privations pour obtenir ce que vous avez demandé.  Vos enfants finissent par obéir plus par peur que par choix ou coopération. Résultat : vous vous sentez coupable d’avoir crié et d’avoir dégradé (encore) l’ambiance à la maison.

Mais est-ce vraiment possible de se faire obéir sans s’énerver ? La réponse est OUI !! Et beaucoup plus simplement que vous ne l’imaginez.

Pourquoi est-ce si difficile de se faire obéir ?

Nous parents, avons des besoins différents de nos enfants. Par exemple :

  • nous avons besoin de vivre dans une maison rangée, tandis que nos enfants s’en fichent complètement
  • nous souhaitons inculquer à nos enfants une certaine hygiène (prendre une douche, se brosser les dents…) alors qu’eux préfèrent jouer

Du coup, nous sommes  toujours à dire ce qu’il faut faire (range tes chaussures) ou ne pas faire (arrête de te balancer sur ta chaise).  Nos enfants ont une attitude qui dit « je fais ce que je veux » et nous une attitude qui dit « tu vas faire ce que je dis »… et cela se transforme en rapport de force. Et pour se faire obéir, nous avons recours à des méthodes qui coupent la communication avec nos enfants, comme :

  • crier
  • punir
  • menacer
  • faire du chantage
  • donner des ordres
  • comparer
  • sermonner, donner des leçons de morale

Ça vous parle ??

Pourquoi les enfants n’obéissent pas ?

Il y a plusieurs raisons à cela :

  • Comme on l’a vu plus haut, nous parents, avons tendance à instaurer rapidement des rapports de force… Et clairement, cela ne donne pas envie aux enfants de coopérer.
  • Les enfants ont un fort besoin d’autonomie et de libre arbitre. Du coup, l’enfant va avoir tendance à s’opposer aux ordres pour protéger son libre arbitre « C’est moi qui décide ! »
  • Les enfants ont une notion du temps bien à eux : ils sont ancrés dans le présent et expérimentent à leur rythme. Donc, quand il est dans son jeu et que vous lui demandez de venir dîner, si vous avez l’impression qu’il fait mine de ne rien entendre, c’est qu’il n’a vraiment rien entendu, tant il est pris dans son jeu !
  • Selon son âge, un enfant n’est pas capable de retenir plusieurs consignes à la fois. A trois ans, il ne peut pas retenir plus d’une seule consigne (à 5 ans, deux consignes et à 8 ans, trois consignes). Donc si vous dites à un enfant de 4 ans, va dans la salle de bains, enlève tes vêtements et entre dans le bain… Il aura retenu « va dans la salle de bains ». Là, il ne s’agit pas de désobéissance, c’est juste son cerveau qui ne peut pas faire mieux !
  • Lorsqu’on crie sur un enfant ou qu’on lui donne un ordre sur un ton sec ou irrité, son cerveau va se mettre sous stress et l’enfant se trouvera incapable de raisonner. Il n’écoute plus, et là aussi il s’agit d’un dysfonctionnement cérébral dû au stress. Regardez la vidéo que j’ai faite sur le fonctionnement du cerveau des enfants.

Si on insiste et qu’on utilise l’autorité, on « mate » l’enfant et celui-ci finit par obéir parce qu’il a peur.

Mais… souhaitez-vous vraiment que vos enfants vous obéissent ?

Quand  j’ai lu le livre de Marshall Rosenberg « Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs) », un passage m’a sidérée. Il raconte les minutes du procès d’Adolfe Heichmann, un officier nazi qui a envoyé des milliers de personnes à la mort pendant la seconde guerre mondiale. Au cours du procès, à la question « pourquoi avez-vous fait ça ? », Adolfe Heichmann a répondu « parce que j’ai obéi aux ordres ». Et il n’en concevait aucune culpabilité parce qu’il n’avait fait qu’obéir.

Et cette histoire est loin d’être isolée. Qu’est-ce que cela raconte ? Que quand on est conditionné à obéir à l’autorité quelle qu’elle soit (ses parents, ses enseignants, ses supérieurs hiérarchiques…), on perd son libre arbitre et on est prêt à comettre les pires choses sans se poser de questions et sans culpabiliser.

Pas encore convaincu ? Regardez l’expérience de Milgram qui montre que des personnes ordinaires sont capables de faire souffrir d’autre personnes par pure obéissance. Édifiant !!

Alors avez-vous toujours envie de faire obéir vos enfants pour qu’ils perdent leur libre arbitre, leur pouvoir de dire Non devant des ordres injustes ? Souhaitez-vous qu’ils puissent se défendre plus tard devant leur patron, prendre des décisions en leur âme et conscience ou préférez-vous qu’ils se conforment aux ordres qui viennent d’une autorité supérieure ? l’obéissance est une notion qui a été inventée à une époque où les seules perspectives des enfants était de devenir ouvrier ou soldat pour les garçons et femme au foyer pour les femmes.

Les temps ont changé. C’est pourquoi je préfère utiliser le terme de coopération plutôt que d’obéissance.

Alors comment susciter la coopération de nos enfants ?

Voici quelques astuces ultra simples qui vous permettront de garantir la coopération de vos enfants au quotidien :

1. Sʼassurer que lʼenfant nous entend et nous écoute :  quand il est pris dans son jeu, ne pas hésiter à aller le voir, à se mettre à sa hauteur et à lui parler clairement. Crier depuis la cuisine « Viens manger ! » n’aura aucune efficacité.

2. Le prévenir à l’avance : encore une fois, quand il est pris dans son jeu, il est très difficile pour lui de tout lâcher d’un coup. Prévenez-le à l’avance « dans 5 minutes, nous allons manger ». Astuce efficace : utilisez un minuteur de type « Time Timer » qui montrer à l’enfant combien de minutes il lui reste.

3. Expliquer… et répéter souvent : et oui, cela nous semble aberrant de devoir répéter les mêmes choses chaque jour… et pourtant, la pédagogie c’est l’art de la répétition. Et un enfant (surtout s’il est petit) a besoin qu’on lui répète souvent les choses.

4. Une seule demande à la fois : demandez lui une chose à la fois. lorsqu’il l’a faite, demandez autre chose si vous souhaitez. Par exemple « tu peux enlever ton manteau », ensuite »‘tu peux l’accrocher au porte-manteau ».

5. Lui laisser trouver la solution seul : au lieu de donner un ordre direct, laissez votre enfant trouver ce qu’il doit faire (voir ma vidéo « LA solution pour vous faire obéir sans crier« ). Il sera fier d’avoir trouvé seul et sera d’autant plus enclin à le faire. de plus, cela l’obligera à utiliser son cerveau pré-frontal (responsable du raisonnement et de l’analyse) pour trouver la solution. Cette soluition a le double avantage de faire coopérer l’enfant et de muscler son cerveau pré-frontal (voir la vidéo sur le cerveau des enfants). Pour cela, vous avez trois options :

  • Décrire ce que l’on voit : il suffit de décrire factuellement et sans jugements la situation. Par exemple : « il y a des chaussures à côté du canapé ».
  • Poser des questions : pour le même cas, cela se traduira par « rappelles-moi où se rangent les chaussures » ?
  • Le dire en un mot: les enfants (en particulier les plus grands) détestent les longs discours. Il suffit de leur dire « Chaussures » avec un ton ferme mais sans crier pour qu’ils sachent ce qui leur reste à faire.

5. Exprimez ce que vous ressentez : en employant le « Je ». Exemples : « je nʼaime pas voir le salon dans cet état », « je suis fatiguée, jʼai besoin de calme ». Attention à éviter le « Tu » : « Tu as encore laissé du bazar dans le salon » qui accuse et donc stresse… et ne sera donc d’aucune efficacité.

6. Offrir des alternatives : pour qu’un enfant garde son libre arbitre, on peut lui offrir des choix. Par exemple « tu préfères prendre ton bain avant ou après le dîner » ?

7. Utilisez le jeu : on peut lancer des défis, prendre des voix de personnages rigolos… Quand la communication est ludique, cela marche tout de suite mieux avec les enfants. Faites le test de prendre une voix de personnage en disant « Captaine carie à vos ordres ! Voici votre zigouilleur à caries ! » en lui tendant la brosse à dents.

Voilà, j’espère que ces astuces vous seront utiles. N’hésitez pas à me laisser un commentaire pour me dire si vous avez réussi à les mettre en application et si cela a donné les résultats escomptés !

 

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *