Et si je me foutais la paix cette année ?

Comme beaucoup de gens, chaque nouvelle année, je prends de bonnes résolutions : je me remets au sport, je fais un régime, je m’énerve moins sur mes enfants… tout ça assorti :

  • d’obligation « je dois perdre 6 kilos, c’est plus possible »,
  • de pression « si je fais pas de sport, ma santé va se dégrader »,
  • de culpabilité « si je continue à crier sur mes enfants, leur cerveau va mal se développer et ce sera ma faute »…

Le 1er janvier 2019, je me suis retrouvée comme d’habitude à faire le bilan de l’année qui vient de se terminer et à réfléchir aux résolutions que je voulais prendre pour l’année qui commençait. Je me suis rendue compte que je n’avais tenu aucune des résolutions que j’avais pris l’année dernière. Et puis j’ai été envahie d’un drôle de sentiment : pas de culpabilité comme j’aurai pu m’y attendre mais… de la rébellion.

J’ai eu l’impression d’avoir été bernée

Je me suis dit « Merde ! Depuis que je suis mère, j’ai tout fait comme il faut et je me suis fait avoir ! ». Oui, j’avais l’impression d’avoir été trompée. J’ai eu mon premier enfant à 35 ans, donc à un moment de ma vie ou ma carrière était déjà bien construite. Mon patron ne s’est pas privé de me faire sentir que ma grossesse ne l’arrangeait pas. A 6 mois, je n’ai plus été en état de faire des déplacements professionnels et j’en ai ressenti de la culpabilité vis-à-vis de mes collègues. J’ai été arrêté avant la date normale de mon congé de maternité à cause de grosses contractions : encore de la culpabilité. Et autour de moi, les collègues qui disaient « moi j’ai travaillé jusqu’à mon 9è mois, je pétais la forme ! ».

J’ai repris le travail quand mon fils avait 2 mois et demi et comme j’avais de nombreux déplacements professionnels, j’ai dû arrêter de l’allaiter. A ce moment là, je ne me suis même pas posé la question sur le bien fondé de cette décision. C’était comme ça, je n’avais pas d’autre choix.

Et durant ses deux premières années, quand il se réveillait la nuit, je désespérais car je savais que le jour suivant, je serai comme un zombi devant un ordinateur, d’une rare inefficacité. Quand mon fils était malade et que mon patron râlait parce que je prenais encore une journée, je bossais quand-même de chez moi. J’ai « forcé » mon fils à s’adapter à mon rythme (en le laissant pleurer pour qu’il dorme) parce que je n’en pouvais plus, j’étais épuisée, on me demandait tellement… Pas de parents aux alentours pour m’aider, un papa présent heureusement, mais avec les mêmes obligations professionnelles… Rebelote avec le deuxième bébé… je vous raconte pas la tête de mon patron quand je lui ai dit que j’étais encore enceinte !

Notre société nous demande beaucoup et nous donne peu en retour

Je me suis tout à coup rendue compte que les parents sont les individus les plus sollicités dans cette société hyper exigeante. On attend de nous de réussir tout ce qu’on entreprend, et sans plainte.  La société réclame des enfants « quoi t’es toujours pas enceinte ? », « il est pour quand le 2ème ? »… tout en demandant aux jeunes parents de continuer à être productifs, adaptés, à éduquer parfaitement, sans les autoriser à se plaindre et sans leur fournir la moindre aide.

Partout dans le monde (sauf en Europe et en Amérique du Nord), les Mamans sont entourées après leur accouchement. Elles sont aidées pendant 40 jours pour prendre le temps de récupérer. Elles gardent leur bébé près d’elles pour que ce dernier puisse téter sans se réveiller et qu’elles puissent se rendormir rapidement. Les enfants dorment avec leurs parents jusqu’à 4 ou 5 ans. Dans ces pays, les troubles du sommeil (chez les enfants comme les adultes) n’existent pas. Les dépressions et autres troubles anxieux, sont quasi inexistants.

Autant dire, que pour la 99 % des parents occidentaux, il paraît juste inimaginable de reproduire ce mode de vie chez nous !

Dans quel monde vivons-nous ?

Maman super héros

La société exige de nous que soyons parfaits !

Dès la grossesse, la course est lancée. Comment faire un bébé zen, accoucher sereinement, allaiter sans souci, éduquer ses enfants dans la bienveillance… Les livres, les émissions… Le spectre du « bon parent » rôde partout. La liste est longue des injonctions – souvent contradictoires –  qui jalonnent la vie d’une mère, et des images d’Épinal où la vie des autres a l’air si facile et si radieuse.

Alors nous nous lançons dans une course effrénée où le vide n’a pas sa place. On court le matin pour préparer les enfants, puis pour aller travailler, puis pour aller les chercher, puis pour les doucher, leur faire faire leurs devoirs, faire à manger, les coucher, ranger la cuisine… Pour terminer la journée complètement HS, incapables d’avoir un moment d’échange avec son conjoint. Et le mercredi et le week-end, rebelote. On court d’une activité à l’autre : équitation, volley, gym, échecs, anglais, rollers… (même les enfants n’ont plus le droit de souffler!). Et puis, pour l’anniversaire du petit, il faut être un véritable maître de cérémonie pour la fête soit inoubliable ! Et n’oublions pas le ménage, car la maison doit être parfaite !

Depression.

Résultat ? Des burn out parentaux à gogo ! Liliane HOLSTEIN, psychanalyste, a écrit « Le burn-out parental », car il y a 10 ans, elle voyait 4 cas de Burnt-out parental par mois, aujourd’hui, elle en voit 4 par jour ! La Belgique a lancé une enquête nationale sur le sujet pour en conclure que 5 % à 7 % des parents sont actuellement concernés, soit 150 000 personnes sur les 3 millions de parents. Autant dire qu’il ne s’agit plus de cas isolés !

Et si je me foutais un peu la paix ?

Voilà le film que je me suis passée le 1er janvier dernier. Je me suis dit que j’avais vraiment pas été cool avec moi-même. Jusqu’à présent, quand je me sentais mal, je me plaignais de mon mari, des enfants, de mon patron, de tel client, de la société… Mais là, j’ai réalisé que je m’étais fait berner parce que JE n’avais pas voulu ouvrir les yeux sur la réalité. JE me suis imposé tout ça. A force d’être tout le temps le nez dans le guidon, j’ai complètement perdu de vue que je n’étais plus sur mon chemin depuis longtemps !

J'ai décidé de me foutre la paix

J’ai décidé de me foutre la paix

Alors j’ai pris une grande décision : cette année, je ne prends pas de résolution. Juste celle de me foutre la paix, d’accepter mes erreurs et mes faiblesses. Je me permets de prendre le temps d’être avec moi-même pour réfléchir à mon chemin, requalifier mes priorités… Je ne veux plus anticiper, prévoir, être tout le temps dans l’action par peur du vide. Je veux juste prendre le temps d’observer ce qui se passe, de profiter de ces nouvelles sensations. Et puis je veux être douce avec moi-même, ne plus me sentir obligée par crainte du jugement, du regard des autres.

Et si JE LEUR foutais la paix ?

Et là, je pourrais prendre le temps de regarder et d’écouter vraiment mes enfants. De passer du temps de qualité avec eux. D’arrêter de tout le temps courir pour finir par crier parce qu’ils ne font pas ce que je leur demande, parce qu’ils sont en retard, parce que je suis à bout…

Et vous savez quoi ? Cette année, j’ai envoyé valdinguer mon boulot pour me mettre à mon compte. C’est une énorme prise de risque pour moi qui ai un conjoint ayant de petits revenus. Cette année, nous sommes plus pauvres, mais tellement plus heureux ! Je prends le temps de faire ce que j’aime, je prends le temps de jouer avec mes enfants en fin d’après-midi, de juste les écouter sans les presser, de regarder leur petite frimousse et leurs yeux brillants, heureux de jouer avec moi. Et ça, ça vaut tous les salaires du monde 😉

Et vous quelle est votre résolution cette année ?

2 comments

  1. véronique castelain - Répondre

    Bonjour. Merci pour ce beau message…hier soir je me suis donc foutu la paix….pas de devoirs pas de prises de tête….un goûter et piscine (même si l’habillage et le deshabillage restent des moments compliqués avec deux loulous on am passes une superbe soirée que les enfants réclament déjà de recommencer…
    Belle journée

    • Bahia Behidj - Répondre

      Merci pour ce retour ! Je suis vraiment heureuse que mon article t’ai donné envie de te « lâcher » un peu 😉

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *