L’attachement : maman, tu es mon porte-avion !

Si tu n’as pas envie de lire l’article, va directement en bas de page pour voir la vidéo 😉

La Théorie de l’attachement a été développée par John Bowlby, pédopsychiatre anglais dans les années 60. Le dernier tome de cette théorie date de 1982.

C’est donc une théorie très récente qui révolutionne la psychologie et les pratiques dans la petite enfance (accueils, psycho…).

Mais elle est encore très mal connue en France.

John Bowlby voulait comprendre pourquoi la séparation d’un jeune enfant de ceux qui l’élevaient entraînait une telle détresse. Il s’est notamment servi de plusieurs études :

1) Expérience Harry Harlow sur les singes :

Le bébé préfère une maman sécurisante (La maman fourrure fournit la sécurité affective) à une maman qui le nourrit uniquement. Le réconfort affectif permet au bébé d’aller explorer son environnement, et donc de se développer normalement. Vous pouvez voir la vidéo ici >>

2) L’expérience de l’hospitalisme (René Spitz) :

Un enfant privé d’attachement (carence affective) pendant sa première année de vie, dépérit peu à peu aussi bien physiquement que psychiquement : perte de poids, croissance ralentie, détachement, indifférence, ne témoigne plus aucun intérêt ni pour les personnes.  Voir la vidéo ici (attention âmes sensibles s’abstenir !) >>

L’attachement : un besoin vital qui passe avant les besoins physiologiques !!

Que dit la théorie d’attachement ?

Un bébé ne peut pas exister seul, il est dépendant des adultes pour survivre. Il est biologiquement programmé pour rechercher la proximité des adultes de son environnement.

L’attachement c’est le fait qu’un bébé se sente en sécurité parce que sa figure d’attachement répond à ses appels et à ses besoins. Dans une situation de détresse (faim, peur…), il ne sait pas réguler tout seul les émotions telles que la peur, la tristesse ou la colère.

Dans cette théorie, l’attachement a une signification un peu différente du langage courant (aimer bien quelqu’un). « Être attaché à quelqu’un » = en cas de détresse je me tourne vers cette personne spécifique pour y trouver de la sécurité et de la protection.

On parle de « figure d’attachement » car il s’agit de la personne qui s’est occupée de manière privilégiée du bébé au cours de sa première année. L’enfant peut avoir des figures d’attachement secondaires (le père, la nounou, la grand-mère…).

Comment le système d’attachement s’active chez le bébé ?

Activation du système d'attachement

Activation du système d’attachement

En ressentant de la détresse (peur, froid, faim, inconfort, stress…) envoie une alarme au bébé.

Cette alarme déclenche un comportement d’attachement chez l’enfant : il crie, il pleure, il recherche du regard (quand il est tout petit), il s’agrippe, s’accroche (le fameux bébé koala !). Le but est de rechercher la proximité de sa figure d’attachement.

Si celle-ci répond de manière adaptée, fiable et prévisible, l’enfant s’apaise et prend confiance pour aller explorer.

Et si la figure d’attachement ne répond pas ?

Si Bébé appelle ou pleure et que personne ne répond

Il va ressentir de la  colère

Si personne ne répond, il va passer à la rage, ensuite à la terreur puis au désespoir

A ce stade, le bébé arrête de pleurer. On pourrait penser que le bébé s’est calmé mais en réalité c’est le CONTRAIRE !  Il a arrêté de hurler parce qu’il ressent de l’impuissance, puis de la résignation. Il se construit alors des croyances négatives sur lui et sur le monde (je n’en vaut pas la peine, je ne peux faire confiance à personne…).

 Le bébé qui pleure ne le fait pas par caprice ou pour faire du cinéma : il pleure pour signaler son malaise et qu’on lui vienne en aide !

A quoi sert l’attachement ?

A quoi sert l'attachement

A quoi sert l’attachement

L’attachement permet à l’enfant de :

  • survivre !
  • se sentir sécurisé et protégé
  • construire sa confiance en lui
  • construire son identité et son estime de lui
  • réguler ses émotions
  • mobiliser ses compétences sociales.

Si sa base de sécurité est solide, l’enfant peut prendre son autonomie et aller explorer.

L’enfant construit sa confiance en lui-même au cours de ses 6 premières années de vie. il y a 4 types de confiances en soi :

  1. Confiance de base : elle se construit la première année, via l’attachement
  2. Confiance en son pouvoir propre : vers 18 mois, il construit sa capacité à dire « Je ».
  3. Confiance en ses compétences :  vers 3 ans, il expérimente, il dit tout le temps « moi tout seul ».
  4. Confiance relationnelle : c’est l’interaction avec les autres.

Maman est un porte-avion !

la figure d'atatchement est un porte-avion

la figure d’attachement est un porte-avion

Vers 2 ans, l’enfant va savoir se contenter de savoir la figure d’attachement disponible et vers 3-4 ans, de son accessibilité.

Dès qu’il ressent un détresse (se fait mal, se sent menacé, a peur…), son système d’attachement s’enclenche et il a besoin de proximité pour se rassurer.

C’est la fameuse métaphore du porte avion : la maman est comme un porte avion et l’enfant est comme le petit avion qui part explorer d’autant plus en sécurité qu’il sait que s’il a besoin de venir remplir son réservoir de carburant, le porte-avion est disponible! Ici, le carburant, c’est la réponse à son besoin de proximité, le câlin, le regard, le sourire…

Du coup, si tu constates que ton enfant est calme à la crèche, avec sa grand mère, et qu’il fait une crise dès qu’il te voit… rassures-toi, c’est bon signe !!

Il a été sous tension toute la journée, et il a besoin de se lâcher, de décharger son stress devant la personne en qui il a le plus confiance : sa figure d’attachement (toi en l’occurrence) !

Mon interview sur l’attachement

Pour en savoir, voici une interview que Morgane (www.bebeblabla.fr) a fait de moi à propos du lien d’attachement.

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *