fbpx

Mes vacances sont pourries !

« Je passe des vacances affreuses ».

La jeune femme que je vois pour la première fois, me regarde avec des yeux abattus et cernés. A son teint pâle et à sa posture voûtée, je devine qu’elle a atteint un stade de fatigue avancé.

« Merci de vous être occupé de lui. Ça m’a permis de souffler un peu » ajoute-t-elle avec gratitude, en prenant son fils dans ses bras. Elle me tourne le dos et repart d’une démarche lente, me laissant perplexe au milieu du square du camping où je passe mes vacances en famille.

Waw ! Je reste sans voix quelques minutes, continuant à réfléchir au moment que je venais de vivre.

J’étais au milieu du square, regardant distraitement mes enfants faire du trampoline. Le petit garçon d’environ un an, jouait dans le sable.

Je suis toujours attirée par les petits, alors je lui ai fait un sourire.

Il m’a regardée avec un air étonné, et m’a montré sa main pleine de sable. « Oh, tu as du sable dans la main » dis-je.

Encouragé, il a jeté le sable et criant « Cha ! » (ce qui pouvait signifier « sable » ou « jette », aucune idée 😉

Après un échange de quelques minutes sur le sable, il a commencé à mettre du sable sur ses pieds et là, on a joué à « oh ! Ils sont où tes pieds ? Ils sont cachés ? Ils sont là tes pieds ! »

Le petit était aux anges et moi aussi 😍

Nous avons continué comme ça une bonne vingtaine de minutes, jusqu’à ce que mes enfants expriment l’envie de partir.

Alors, je lui ai dit « au revoir ! » en agitant la main.

Pas content de mon départ, le petit garçon s’est mis à geindre fort.

Une femme s’est alors approchée de moi…

Femme fatiguée et trsiste

Devinant qu’il s’agissait de sa maman, je lui dit en souriant « nous avons discuté mais je crois qu’il ne veut pas me laisser partir ». C’est là qu’elle me regarde avec un petit sourire d’excuse et me dit « je passe des vacances affreuses. Merci de vous être occupé de lui. Ça m’a permis de souffler un peu ».

Je me suis dit « la pauvre, elle a l’air épuisée. Elle est reconnaissante pour juste 20 minutes de pause ! »

Ce regard las, cette posture voûtée, cette avidité de quelques rares moments de liberté… Ça me rappelle…

Et là, j’ai eu un flash-back

Tu sais, comme dans un film d’Alfred Hitchcock : tout devient flou et je me souviens d’il y a à peine deux ans…

A l’époque, moi aussi je passais des vacances affreuses. C’est simple, je n’avais qu’une envie c’est qu’elles se terminent pour que mes enfants retournent à la crèche ou à l’école et que je puisse enfin souffler !

Franchement, ça ne t’ai jamais arrivé ?
Bien sûr que si. C’est le cas de 99,9 % des mamans 😉

Je continue mon flash back…

Ahhh les vacances ! Des mois que je les attends !

Le temps d’une amnésie temporaire. Car oui ces semaines en famille, je suis sûre qu’elles vont être géniales. Qu’on va faire plein d’activités, rire, passer des moments joyeux et agréables en famille.

Maman fait la valiseEt puis la réalité me rattrape très rapidement.

Déjà, j’ai dû préparer les valises de toute la famille toute seule, sans rien oublier… Sans compter que quand on a des enfants jeunes, on emmène trois fois plus de trucs : les couches, les bibs, le lait, le tapis à langer, les jeux, la veilleuse…

Et puis monsieur qui vient la bouche en cœur : « Chérie, tu as pensé à acheter de quoi faire des sandwichs pour le trajet ?! »
(Évidemment, tu crois que je t’ai attendu !?)

Arrivée en vacances, je suis en mode « zombie

En Bretagne dès qu’on bouge, on a besoin de : maillots de bain, casquettes, crème solaire, gilets, vestes de pluie. Déjà qu’il ne me reste qu’un neurone, je suis obligée de penser à tout pendant que mon homme attend dans la voiture en braillant « Bon, on y vaaa ? ».

je passe des vacances affreusesJe navigue à vue,… Je suis toute tendue, un rien m’irrite.

Et puis, les enfants arrivent en vacances fatigués eux aussi. Du coup, ils enchaînent mauvaise humeur, crises d’hystérie et chamailleries.

Un vrai bonheur 😱

Dès qu’on lui propose une activité, Solal râle « Je veux pas ! j’irai pas ! ».

Et Lilli dort très mal quand elle n’est pas chez elle, elle me réveille plusieurs fois par nuit.

Les jours de pluie, je redouble d’imagination pour occuper les enfants… avec mon seul et unique neurone, c’est pas simple !

Mon mari lui, est content, il traîne, il bouquine et il a la libido qui le chatouille « allez, détends-toi ! On est en vacances ! ».

Sauf que moi, j’ai qu’une envie c’est qu’on me foute la paix !!

Pendant des années, j’ai passé des vacances pourries. Et j’avais tout à fait le même regard las que cette femme qui me remerciait de lui avoir offert 20 minutes de liberté. A l’époque, j’en rêvais moi aussi !

Sérieusement, je sais que c’est pareil pour toi. N’essaie même pas de le nier, je te connais parce que je suis comme toi. Ou plutôt j’étais comme toi !

J’en ai fait du chemin depuis…

Je reprends mes esprits et je réalise le chemin que j’ai parcouru depuis cette époque ! Aujourd’hui, je peux dire que les vacances sont plutôt reposantes. Même si c’est pas tout le temps parfait, j’arrive à me détendre en tout cas !

Je suis sûre que tu as envie de savoir comment j’ai fait ?

Bon, je vais te le dire…

Je me suis arrêtée un instant pour m’écouter.

Oui, je sais ce que tu te dis : « c’est ça ta solution ? ça semble trop simple ».

Mais oui ! Parce que quand on est maman, on prend pas le temps de s’arrêter.

Sérieusement, tu le fais toi ?

Et bien, je me suis arrêtée pour écouter mes besoins et mes envies. Et j’en ai parlé avec mon entourage pour avoir leur avis.

Et j’ai découvert des trucs très intéressants sur moi (il n’est jamais trop tard ! 😆)

  • j’ai un penchant pour le perfectionnisme (non!) et j’ai du mal à lâcher du lest.
  • j’ai déployé des trésors d’énergie dans des activités qui m’ont stressée pour rien : repas, rangement, préparatifs en tous genres.
  • j’ai tendance à être le meneur, à prendre toutes les initiatives et à tout anticiper
  • Finalement, ce que je voudrais, c’est tout simplement passer de « vraies » vacances. Des moments de détente prolongés, au moment où j’en ai envie.

Je sais qu’il y a, quoi qu’on y fasse, une part de contraintes, d’obligations, de choses à penser inhérentes à la parentalité qui perdurent en vacances. Mais il y a aussi une grande part de contraintes qu’on s’ajoute nous-mêmes.

Tu n’es pas d’accord ?

Alors, j’ai mis en place un petit rituel avant les vacances

Ce rituel consiste en une réunion de famille durant laquelle chacun parle de ses envies et de ses besoins. Pour faire en sorte que tout le monde passe de bonnes vacances et que chacun y mette un peu du sien afin que tout ne repose pas sur la même personne (moi !).

Et le bonus dans tout ça, c’est que tout ce que j’ai découvert sur moi, me sert aussi pour le reste du temps. Pas seulement pendant les vacances.

Je me pose, quel bonheur !

Je me pose, quel bonheur !

Alors, j’ai décidé de :

  • lâcher du lest : malbouffe, bazar et improvisation, ça change !
  • prendre les choses comme elles viennent. Quelle importance que je ne prenne aucune initiative durant un temps ? Et si on ne fait rien, et bien on ne fait rien !
  • Demander à mon chéri et aux enfants de prendre le relai quand j’ai besoin de me poser. Quand j’ai envie de m’allonger à ne rien faire. Quel bonheur !

Les vacances sont le moment de rompre avec certaines habitudes du quotidien pour profiter de ce moment « à part » de l’année. Alors désormais, j’abandonne au maximum mes « manies » et obligations quotidiennes.

Je me détends…

Et tu as remarqué toi aussi ?

Quand maman est détendue, tout le monde est détendu…

Et pour toi, comment se sont passés tes vacances ?

 

 

1 comment

  1. Cathy - Répondre

    Ça me parle tellement tout ce que tu écris! Je m’y vois! Les petits qui se bagarrent pour un jouet, une sortie qui prend plus de temps que prévu : les préparatifs prennent autant de temps que la sortie en elle-même (leitmotiv: ne rien oublier!).
    Le moment que j’apprécie quand même c’est quand je suis dehors avec eux, sur la terrasse ou en balade à vélo : on prend le temps d’être ensemble, simplement.

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *